Share

Le terrifiant coût du tabagisme pour l'économie mondiale

Le tabagisme coûte cher, notamment dans les pays en développement. D’après la revue Tobacco Controlla qui publie ce mardi la première étude sur ce sujet, le coût total du tabagisme s’élevait en 2012 à 1.436 milliards de dollars dans le monde, dont 40% à la charge des pays en développement. Ce coût représente environ 6% des dépenses mondiales consacrées à la santé et 2% du produit intérieur brut (PIB) global. «Le tabagisme représente un fardeau économique important dans l’ensemble du monde et plus particulièrement en Europe et en Amérique du nord où l’épidémie est la plus avancée», relèvent les auteurs de l’étude coordonnée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Autre chiffre effrayant, en 2012, le tabagisme a été à l’origine d’un peu plus de 2 millions de décès chez des adultes âgés de 30 à 69 ans dans le monde, soit environ 12% de l’ensemble des décès survenus dans cette tranche d’âge. Les pourcentages les plus élevés ont, selon les chercheurs, été observés en Europe (26%) et en Amérique (15%). Au cours de la même année, les dépenses directes de santé liées au tabagisme se sont élevées au total à 422 milliards dans le monde, soit 5,7% de l’ensemble des dépenses de santé, un pourcentage qui atteint 6,5% dans les pays à forts revenus.

Quatre pays se partagent le quart du coût total du tabagisme

Le quart du coût économique total du tabagisme est assumé par quatre pays: la Chine, l’Inde, le Brésil et la Russie, note encore l’étude. Rapporté au PIB des différents pays, le tabagisme s’est avéré particulièrement coûteux en Europe de l’est (3,6% du PIB) ainsi qu’aux États-Unis et au Canada (3%). Le reste de l’Europe se situe à 2% contre 1,8% à l’échelle mondiale. «Ces résultats montrent qu’il y a urgence pour tous les pays à mettre en place des programmes de lutte anti-tabac pour réduire ces coûts», estiment les auteurs du rapport.

Pour obtenir ces chiffres, les chercheurs ont collecté des données sur 152 pays, représentant 97% de l’ensemble des fumeurs de la planète. Ils ont évalué le coût du tabagisme en incluant les dépenses directes – hospitalisations et traitements – et les dépenses indirectes, calculées sur la base de la productivité perdue en raison des maladies et des décès prématurés. Ils n’ont pas inclus dans leurs calculs les dommages liés au tabagisme passif, responsable d’environ 6 millions de morts par an, ou ceux liés au tabac non fumé (tabac à priser, à chiquer… etc) très utilisé en Asie du sud-est notamment. En outre, leurs calculs portent uniquement sur la population active.

L’OMS s’est fixée comme objectif de réduire d’un tiers les décès prématurés liés aux maladies non infectieuses, et notamment au tabagisme d’ici à 2030.